Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Réception de l'AmbassadeurDr. Gabriela Guellil à l'occasion du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne

L'Ambassadeur Dr. Gabriela Guellil lors de son discours à la réception à l'occasion du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne

L'Ambassadeur Dr. Gabriela Guellil lors de son discours à la réception à l'occasion du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne, © Deutsche Botschaft Nouakchott

Article

lundi 12 novembre 2018

Depuis la fondation de la République  fédérale d’Allemagne,  le parlement allemand compte plus de députés hommes qui portent le prénom « Hans » - un des prénoms classiques allemands - que le nombre accumulé des députés femmes dans toute l’histoire de la République Fédérale.

Discours de l'Ambassadeur Dr. Gabriela Guellil lors de la réception à l'occasion du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne, le lundi 12 novembre 2018

L'Ambassadeur Dr. Gabriela Guellil lors de son discours à la réception à l'occasion du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne
L'Ambassadeur Dr. Gabriela Guellil lors de son discours à la réception à l'occasion du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne© Ambassade de la RFA

Bonsoir, Chères toutes.

Merci d’avoir répondu à mon invitation à l’occasion de la célébration du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne.

Si je vous dis Clara Zetkin ? Est-ce que cela signifie quelque chose pour vous ? En fait, Clara Zetkin est la première allemande, initiatrice du 8 mars, la Journée internationale des femmes en 1910. Institutrice, Clara Zetkin a été leader du mouvement ouvrier, une révolutionnaire et une féministe.  Lors de la 2ème conférence internationale des femmes socialistes du 26 et 27 août 1910, elle réclame une journée pour les revendications de leurs droits.

Le 8 mars 1914, les allemandes demandent le droit de vote. Elles l’obtiendront 4 ans plus tard : le 12 novembre 1918. Il a fallu des années de lutte sans relâche pour parvenir à la consécration.

En Mauritanie, les associations féminines se mobilisent pour faire avancer les droits des femmes. Dans son rapport annuel de 2017, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) reconnaît que le quota de 20% est limité aux postes électifs, excluant l’administration, défis juridiques et économiques, insuffisance de la décentralisation. Ce même rapport inscrit dans ses recommandations, que les autorités doivent adopter des mesures pour l’implication des femmes aux processus de décision. Sans parler de toutes les formes de violences qu’elles subissent jour et nuit, les discriminations liées au genre et le poids du patriarcat.

En 2013, le Parlement mauritanien avait élu plus de 25% des femmes. Lors des dernières élections de septembre 2018, le taux atteint à peine le seuil du quota des 20%.

Le fait que la République fédérale d’Allemagne est gouvernée par une femme et que les partis politiques appliquent des quotas pour femmes n’est pas une garantie sur la non violation des droits des femmes. Dans un article dédié au centenaire du droit de vote pour les femmes en Allemagne, la journaliste a fait des recherches statistiques dont le résultat est pathétique : Depuis la fondation de la République  fédérale d’Allemagne,  le parlement allemand compte plus de députés hommes qui portent le prénom « Hans » - un des prénoms classiques allemands - que le nombre accumulé des députés femmes dans toute l’histoire de la République Fédérale. Pour le cas de la Mauritanie : On pourrait comparer le prénom le plus célèbre avec la représentativité des femmes.

Réception à l'occasion du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne
Réception à l'occasion du centenaire du droit de vote des femmes en Allemagne© Ambassade de la RFA

 Enfin, le concept du gouvernement fédéral pour le respect des droits des femmes est inclusif. Il intègre activement les hommes ayant des positions clés – les pères, les leaders religieux, les parlementaires ou les entrepreneurs – dans les processus de transformation. Par leur position, ils influent sur l’opinion. Le dialogue avec des leaders musulmans en Mauritanie, soutenu par l‘Allemagne, est un exemple : Il en est ressorti une fatwa, un avis réligieux qui condamne les mutilations sexuelles. Un pas immense.

Ne souhaitant pas tomber dans le piège d’un clivage entre hommes et femmes, en tant que femme qui a poursuivi une carrière professionnelle exceptionnelle (selon les statistiques, je me range parmi les 5% des femmes employées qui ont un salaire considéré élevé),  je dois constater que les hommes en général défendent avec abnégation leurs privilèges tout en déniant qu’ils disposent d’avantages. On critique les erreurs des femmes beaucoup plus facilement que celles des hommes. On exige plus de qualification et plus de zèle de la part des femmes pour qu’elles obtiennent reconnaissance.

Encore une anecdote avant de conclure : un journaliste a interviewé des femmes « arrivées », des femmes « leaders ». Une d’elles racontait que son chef s’était excusé pour ne pas lui accorder une promotion à une fonction plus élevée. Parce que ce dernier avait consulté son épouse lors du petit déjeuner quant au positionnement qu’il pensait lui accorder à cause de sa qualification extraordinaire.

Son épouse avait déclaré qu’une telle position n’était pas faite pour une femme. Ce que le journaliste a dénoncé avant tout, c’est le fait que le chef dans toute son innocence et insensibilité ne réalisait pas qu’il aurait dû au moins cacher le fait qu’il s’était laissé consulter et même induit en erreur par sa femme. Et avec amertume – bravo – il constate que les misogynes vont culpabiliser son épouse pour sa jalousie évidente et le manque de solidarité « typique » entre femmes qui freinait la carrière d’une sœur compétente….

Avec vos idées et le partage d’expériences, on peut espérer des lendemains meilleurs pour les futures générations de femmes mauritaniennes. Il ne faut pas se laisser décourager. Il ne faut pas renoncer à tout ce qui nous importe et dont nous sommes fières, ni à notre rôle au foyer, ni à notre rôle comme mère, ni à notre rôle comme fille ou sœur. On peut appliquer la sagesse du cœur en combinaison avec la froideur de la tête.

Merci pour votre Attention.

Retour en haut de page