Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Message du ministre fédéral des Affaires étrangères Heiko Maas  à l’occasion de la Journée de l’unité allemande le 3 octobre 2018

Heiko Maas

Heiko Maas, ministre fédéral des Affaires étrangères, © Thomas Koehler/photothek.net

03.10.2018 - Article

Cela fait 28 ans que l’Allemagne est réunie dans la démocratie et la paix. La division politique imposée par la guerre froide est surmontée depuis bientôt trois décennies. Si c’est avant tout grâce au courage des citoyennes et citoyens d’Allemagne de l’Est que le mur qui séparait Est et Ouest a pu être arraché, nos pays partenaires ont eux aussi joué un rôle important. Sans leur confiance dans le développement pacifique et positif d’une Allemagne unie au cœur de l’Europe, la réunification allemande n’aurait jamais été réalisée.

Cette année encore, de nombreux pays ont fait preuve d’une grande confiance envers nous. En juin dernier, l’Allemagne a été élue pour deux ans membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies par plus de 180 États. Cette marque de confiance de la part de la communauté internationale nous encourage dans notre mission de poursuivre la collaboration avec nos partenaires en œuvrant de toutes nos forces au bénéfice de la paix et de la sécurité dans le monde. C’est possible uniquement dans le cadre d’un ordre international fondé sur des règles. Le vrai multilatéralisme ne sert pas à cimenter le droit du plus fort, mais à créer des conditions équitables pour tous. Afin de réaliser cet objectif, nous souhaitons travailler ensemble au sein d’une alliance multilatéraliste ouverte à tous les intéressés.

Toujours plus empreint des interdépendances réciproques, le monde du xxie siècle exige de nous que nous surmontions l’isolationnisme. Même si les courants nationalistes et populistes gagnent du terrain partout dans le monde, il est juste et possible de s’y opposer. Dans l’Allemagne divisée du milieu des années 1980, personne ou presque n’aurait pu imaginer la chute du mur de Berlin ; il est néanmoins tombé quelques années plus tard seulement, contre toute attente.

Aujourd’hui encore, au sein de l’Union européenne et avec nos partenaires internationaux, nous œuvrons pour surmonter les divisions et concilier les oppositions, contribuer à la solution des crises et des conflits dans le monde et promouvoir les droits de l’homme et la primauté du droit.

La réunification allemande nous apprend qu’aucun progrès véritable n’est possible en faisant cavalier seul. Nous sommes et nous restons dépendants les uns des autres, et c’est une bonne Chose.

Retour en haut de page